De nouveaux modèles économiques transforment les industries traditionnelles de façon surprenante

À l'échelle mondiale, les entrepreneurs lassés du statu quo font appel aux technologies digitales pour inventer de nouvelles manières de fonctionner, comme par exemple un constructeur automobile sans usine ou une entreprise de lancement de satellites sans fusées géantes. En brisant les règles, ces innovateurs bouleversent tous les secteurs et forcent les dirigeants de l'industrie traditionnelle à repenser leurs modèles économiques.

XYT est un constructeur automobile français, qui compte seulement six employés. L'entreprise n'a pas d'usine et son modèle économique remet en question tous les aspects ou presque d'une entreprise traditionnelle du secteur.

 

L'un de ses fondateurs, Marc Chevreau, possédait un atelier de carrosserie à Paris et il se sentait de plus en plus frustré par les frais de réparation des véhicules. La hausse des coûts des pièces de rechange et la complexité croissante des véhicules mettaient à mal tout le modèle économique de la réparation des véhicules accidentés. Pour lui, les constructeurs automobiles avaient adopté une stratégie visant à proposer des véhicules impossibles à réparer, avec pour objectif de booster les ventes de voitures neuves.

Devant ce constat, Marc Chevreau et son associé Simon Mencarelli décidèrent de commercialiser un véhicule aussi modulaire qu'un Lego basé sur 500 composants aussi faciles à emboîter qu'à démonter. Avec un ou deux outils, une voiture peut être transformée tantôt en pickup tantôt en utilitaire. La petite équipe de XYT a conçu ses composants modulaires à l'aide d'une plate-forme sur le cloud. Au lieu de créer une usine, XYT a commandé la majorité des pièces en ligne et mis en place un réseau de petits ateliers de réparation autour de Paris pour assembler les véhicules.

 

XYT vise avant tout une clientèle peu nombreuse mais spécialisée : les chauffeurs-livreurs indépendants qui travaillent pour les grandes entreprises de la logistique, comme FedEx, UPS ou DHL. Ces chauffeurs transforment le secteur de la livraison de la même manière qu'Uber a bouleversé l'industrie mondiale du taxi, en se déployant dans les villes pour transporter des colis des entrepôts des transporteurs jusqu'au domicile du consommateur final. Pour soutenir ce modèle économique inhabituel, les véhicules de livraison de XYT ne seront disponibles à la location que sur sa plate-forme en ligne, où les pièces pourront également être commandées pour reconfigurer le véhicule du locataire au gré de l'évolution de son activité ou de la croissance du volume des colis.

 

« Si vous mettez en place une ligne de production qui produit des centaines de milliers de véhicules par an, il n'est pas bon pour votre entreprise que les véhicules durent longtemps », note Simon Mencarelli, PDG et cofondateur de XYT. « Notre point de rentabilité est beaucoup plus bas que celui de l'industrie traditionnelle. Nous pouvons être rentables avec une production beaucoup plus faible. » Les véhicules de XYT sont également conçus pour durer plus longtemps et être faciles à réparer. Leur empreinte écologique est donc beaucoup plus faible.

« NOTRE POINT DE RENTABILITÉ EST BEAUCOUP PLUS BAS QUE CELUI DE L'INDUSTRIE TRADITIONNELLE. NOUS POUVONS ÊTRE RENTABLES AVEC UNE PRODUCTION BEAUCOUP PLUS FAIBLE. »

SIMON MENCARELLI PDG ET COFONDATEUR, XYT :

 

Le modèle économique de XYT - bien que peu commun - s'inscrit dans une tendance. À l'échelle mondiale, les entrepreneurs lassés du statu quo s'appuient sur Internet pour trouver des manières entièrement nouvelles de fonctionner. En brisant les règles, ces innovateurs bouleversent tous les secteurs et forcent les dirigeants de l'industrie traditionnelle à repenser leurs modèles économiques.

 

LA SOLUTION : LA PLATE-FORME

Henry Chesbrough, directeur du Garwood Center for Corporate Innovation, rattaché à la Haas School of Business de l'Université de Californie à Berkeley, constate que de plus en plus d'entrepreneurs réduisent les coûts traditionnels de leur entreprise en collaborant avec des partenaires non traditionnels par le biais de plates-formes en ligne. À l'instar d'Uber qui a éliminé le coût élevé du lancement d'une activité de taxi en rassemblant voitures particulières et chauffeurs privés autour d'une plate-forme, ces startupers éliminent le coût initial autrefois considérable du lancement d'une entreprise traditionnelle. C'est ce qu'a fait XYT en éliminant usines, concessionnaires et ateliers de réparation.

 

« Il a toujours été difficile de concilier standardisation et personnalisation », explique Henry Chesbrough, dont le livre, Open Services Innovation, décrit comment les fabricants ont été forcés d'opérer une transition vers des sociétés de services pour demeurer viables. « Ce qui est nouveau, c'est qu'avec les plates-formes, vous pouvez résoudre le compromis d'une manière novatrice, abordable et évolutive. »

 

Pendant que XYT s'emploie à transformer le secteur automobile, l'entreprise espagnole Zero 2 Infinity réinvente le modèle économique du lancement de satellites. Plutôt que d'investir dans des fusées massives comme l'ont toujours fait les gouvernements américains et russes - modèle repris aujourd'hui par des entreprises privées comme SpaceX et Boeing - Zero 2 Infinity entend ouvrir aux masses l'exploration de l'espace proche avec un système de lancement de ballons à faible coûts.

« Je savais depuis longtemps qu'il y avait de bonnes idées dans ce domaine, mais il n'y avait aucun moyen de les faire décoller », déclare José Mariano López-Urdiales, fondateur de Zero 2 Infinity. Diplômé du département aéronautique et astronautique du MIT et ayant travaillé pour l'Agence spatiale européenne, José Mariano López-Urdiales a été témoin de la frustration des chercheurs et des entrepreneurs dans le domaine spatial qui doivent attendre des années pour que leur charge puisse être testée dans l'espace.

Pour équilibrer les règles du jeu et rendre plus abordables la recherche spatiale et les lancements de satellite, il a conçu un système qui soulève une charge utile jusqu'à la limite de l'atmosphère terrestre au moyen d'un ballon. Bloostrat, de Zero 2 Infinity, est un petit lanceur de satellites tracté à haute altitude par un ballon au cours de la première phase. Lorsque qu'il atteint 25 kilomètres d'altitude, il place le satellite en orbite autour de la Terre. Le modèle économique de Bloostar élimine le besoin d'un lanceur coûteux ou même d'un site de lancement : Zero 2 Infinity prévoit d'effectuer ses lancements en mer, près des îles Canaries.

DES CLIENTS SATISFAITS

Bloostar est un « Rockoon », c'est-à-dire un hybride fusée-ballon, qui a déjà séduit une pléthore de clients potentiels. Comme l'explique José Mariano López-Urdiales, tous espèrent lancer leurs satellites à moindre coût et avec davantage de flexibilité.

 

« La demande est considérable, et très peu de systèmes sont capables de fonctionner et sont vraiment proches de la phase de déploiement », ajoute-t-il.

 

Zero 2 Infinity a quasiment réduit de moitié le temps de développement normal grâce à l'utilisation d'outils de conception virtuelle qui permettent à l'entreprise de passer du concept au prototype sans franchir les multiples étapes intermédiaires habituellement nécessaires pour le prototypage et le test d'un concept. « La conception virtuelle réduit les obstacles à l'entrée », dit-il. « Nous évitons beaucoup de tâtonnements, et c'est très appréciable. » Grâce à cette conception, il n'est plus nécessaire de propulser les charges utiles à travers l'atmosphère terrestre : le véhicule proposé par Zero 2 Infinity est plus compact et plus économique.

Autre avantage : Zero 2 Infinity offre à ses clients une toute nouvelle expérience. Si la plupart des clients cherchent avant tout à lancer leurs satellites à moindre coût, José Mariano López-Urdiales leur propose également une promenade spatiale virtuelle. La simulation digitale avancée montre les faibles contraintes subies par la cargaison lorsqu'elle est lancée au moyen d'un ballon. Pas de résistance aux chocs, aux vibrations et aux bruits provoqués par un lancement terrestre : les clients de Zero 2 Infinity sont ainsi convaincus de la capacité de l'entreprise à concevoir des satellites plus légers.

« Ce type d'engagement auprès des clients est un marqueur différenciant de l'innovation », explique Chesbrough de l'UC Berkeley.

« Les clients ne savent pas toujours à l'avance ce qu'ils veulent. Mais quand ils s'engagent avec vous, vous pouvez aller au-delà de leurs attentes », conclut-il.

de Charles Wallace Retour en haut
de Charles Wallace

Pour plus d'informations sur les nouveaux modèles économiques, consultez : https://go.3ds.com/3Br