COMPASS MAGAZINE #14
COMPASS MAGAZINE #14

LA VOIX DE L’EXPÉRIENCE Alain Bernard, Vice-président des opérations techniques, GPS (Gouvernance & priorisation et liaison scientifique), UCB SA

Les scientifiques détiennent une énorme masse de données dont la majeure partie n’est analysée qu’une seule fois pour une question spécifique, et n’est plus jamais examinée. Mais l’investissement dans la production de ces données et les réponses qu’elles pourraient apporter sont trop importants pour les laisser enterrées.

Avec l’arrivée des Big Data, l’industrie pharmaceutique peut commencer à extraire systématiquement de ces données de nouvelles connaissances. Des industries telles que la distribution ont montré la voie en transformant des milliards de données sur les biens de consommation en précieuses informations.

La transition sera longue. Aujourd’hui, les entreprises pharmaceutiques ne peuvent pas facilement consolider leurs données provenant de différents sites et repérer les modèles. Mais la technologie actuelle peut repérer ces schémas, quelle que soit la diversité des entrées. Laissez l’intelligence du logiciel travailler et vous fournir des réponses que vous n’aviez jamais imaginées. C’est la connaissance « inattendue ».

La technologie évolue pour nous mener où nous devons aller. Maintenant que les données sont essentiellement électroniques, nous pouvons automatiser les analyses, libérer l’esprit du scientifique et entrevoir d’autres opportunités. Ceci permet aussi de converger mes données locales avec celles d’un collègue de la même entreprise. Considérez les possibilités si nous pouvions partager des données entre entreprises. J’ai peut-être A, vous B et un autre C. Indépendamment les uns des autres, nous n’avons rien. Mais en réunissant le tout, nous pourrions trouver le remède à un besoin médical insatisfait.

« Maintenant que les données sont essentiellement électroniques, nous pouvons automatiser les analyses et libérer l’esprit du scientifique. »

Alain Bernard Vice Président des Opérations techniques, GPS, UCB SA

Transformer les données en connaissances devrait nous permettre d’offrir une valeur durable, de qualité supérieure, plus rapidement, avec plus d’assurance, tout en limitant le risque de nos produits et services pharmaceutiques. Les technologies existent. Nous devons simplement les exploiter pour extraire ces pierres précieuses enfouies dans cette montagne de données. ◆

de ALAIN BERNARD Retour en haut
de ALAIN BERNARD

Alain Bernard est Vice-président des opérations techniques, GPS (Gouvernance & priorisation et liaison scientifique) chez UCB SA, leader biopharmaceutique qui traite des maladies graves du système nerveux central et de l’immunologie.