COMPASS MAGAZINE #14
COMPASS MAGAZINE #14

MISEREOR SOCIAL SWIPE FAIT DU DON UN JEU

L’utilisation d’appareils mobiles, d’applications sociales et de technologie de visualisation en 3D s’est enflammée comme une traînée de poudre, notamment chez les marketeurs. Panorama des entreprises qui sortent du cadre traditionnel de ce que le marketing peut accomplir.

Si la technologie futuriste évoque souvent des images de gadgets délirants, les utilisateurs n’ont pas forcément besoin d’effets spéciaux pour être attirés par l’expérience proposée par une marque. Parfois, les activités les plus simples, les plus familières se révèlent les plus satisfaisantes.

Prenons le cas de l’organisation à but non lucratif d’aide humanitaire Misereor : son système de don interactif offre à ses utilisateurs une expérience gratifiante. Et en utilisant une technologie connectée, Misereor ouvre la porte à une relation durable.

Le groupe, qui utilise les dons pour combattre la pauvreté et les injustices sociales dans le monde, a imaginé le concept de « Social Swipe » en s’appuyant sur l’idée que 40% des paiements en Europe se font par carte bancaire. Des panneaux de dons en espèces existaient déjà : on introduit une pièce dans un dispositif interactif pour la voir alimenter différents scénarios d’aide humanitaire. Ses dirigeants se sont demandé si une campagne par carte bancaire pourrait susciter des retours plus importants.

La campagne Social Swipe, créée avec l’agence de communication allemande Kolle Rebbe, à Hambourg, est constituée d’une série d’affiches vidéo interactives conçues pour recueillir des dons de 2 euros. Le passage d’une carte bancaire déclenche une vidéo interactive qui affiche la carte sectionnant les liens qui entravent les mains d’un enfant philippin ou tranchant du pain pour une famille péruvienne. « Tous les processus liés au don doivent être synchronisés », explique Sascha Hanke, directeur créatif à Kolle Rebbe.

Les affiches, installées dans les aéroports internationaux de Hambourg et Amsterdam, ont permis de recueillir 3 000 euros en un mois. Misereor a également tiré parti de l’interactivité des cartes bancaires pour étendre sa campagne en joignant un petit mot aux relevés bancaires des donneurs, les encourageant à transformer ce don exceptionnel en un don mensuel. « Cela coûte plus cher que les systèmes habituels de recueil de dons », admet Thomas Stritz, responsable des relations publiques de Kolle Rebbe. « Mais, en fin de compte, il ne s’agit pas seulement de l’argent recueilli. C’est une question de prise de conscience. »

Retour en haut

Testez Social Swipe :
https://www.youtube.com/watch?v=dVvZdC2Kp14