COMPASS MAGAZINE #14
COMPASS MAGAZINE #14

DES INFRASTRUCTURES PERFORMANTES Le processus BIM de SMEDI simplifie les projets complexes

Shanghai Municipal Engineering Design Institute (SMEDI), l’une des principales entreprises d’ingénierie urbaine chinoises, compte 12 000 projets à son actif : usines de traitement des eaux, routes, ponts, rails, paysages urbains, projets de gaz combustible et d’ingénierie géotechnique. Entretien avec Lv Wei Zhang, vice-ingénieur en chef du Centre informatique, et Junwei Wu, directeur adjoint du BIM Center, sur leur développement de solutions dédiées au génie civil chez SMEDI.

COMPASS: À quels enjeux est confronté SMEDI dans le cadre de ses activités ?

LV WEI ZHANG: En Chine, la conception et la construction de projets d’infrastructures majeures sont souvent réalisées en parallèle. En général, lorsque la construction débute, seul 50 % du projet est conçu. Pendant la construction, les maîtres d’ouvrage peuvent planifier le reste du projet avec plus de précision. Ils modifient ainsi leurs plans à mesure que le projet évolue. Ce procédé leur permet de garder le contrôle, mais pose de nombreuses difficultés aux concepteurs. Pour réussir, nous devons pouvoir visualiser le résultat final du projet afin d’en garantir la qualité et l’efficacité. Grâce à une plateforme avancée de modélisation des données du bâtiment (ou BIM pour Building Information Modeling), nous pouvons améliorer la communication entre les maîtres d’ouvrage, apporter des modifications conceptuelles avec plus de souplesse, gérer le statut des projets avec précision et efficacité, et rattraper les retards éventuels.

Avant d’utiliser la plateforme BIM, quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

L.W.Z. : Dans le passé, nos entrepreneurs avaient recours aux méthodes de coulée in situ ; la majorité du travail était réalisée sur place. Cette technique présentait des inconvénients : la maîtrise des pertes, la gestion des couts et du planning étaient difficiles ; et les méthodes de coulée sur place occupaient bien plus d’espace que les techniques de préfabrication.

Comment avez-vous surmonté ces difficultés ?

L.W.Z. : Avant tout, nous avons entièrement intégré notre travail dans un système d’ingénierie approvisionnement- construction qui offre une vue d’ensemble de l’ingénierie, de l’approvisionnement, de la construction, et de la façon dont ils sont reliés entre eux. Dans la mesure du possible, nous avons eu recours à des méthodes de préfabrication hors site et avons lancé un BIM, qui permet d’améliorer considérablement l’efficacité globale de notre travail.

Quels sont les avantages du BIM ?

L.W.Z. : Le BIM nous permet de réaliser des conceptions 3D collaboratives. Les projets, du système macro aux microcomposants, sont présentés sous forme de schémas 3D, apportant clarté et précision au processus de communication de l’ensemble des intervenants. Aussi, le BIM facilite la transmission des données dans un format standardisé, afin que chacun puisse visualiser les mêmes informations.

Pouvez-vous décrire brièvement la mise en œuvre du BIM ?

JUNWEI WU: À partir de 2005, le génie civil chinois est progressivement passé de la conception assistée par ordinateur (CAO) au BIM. Avant, nous étions tributaires des lacunes de la conception 2D. Les modifications n’étaient pas articulées. Autrement dit, la modification d’un plan n’entraînait pas la mise à jour automatique des autres plans. Avec le BIM, la modification d’un élément alerte le concepteur sur les aspects connexes impactés. Nous avons d’abord utilisé le BIM pour nos usines de traitement des eaux. Il ne permettait pas de prendre en charge la conception de ponts et de routes. Nous avons donc travaillé avec notre fournisseur pour mettre au point un BIM sur mesure pour le génie civil, idéal pour visualiser les routes, les ponts et les tunnels. Cela permet de démontrer nos concepts et préciser nos présentations, même pour les aspects secondaires.

Pouvez-vous citer des exemples ?

J.W. : SMEDI excelle dans la conception des ponts. Par exemple, la structure du Ganjiang River Second Bridge, dans la province du Jiangxi, est complexe, avec la partie supérieure en acier, la partie inférieure en béton, et le milieu constitué d’un mélange des deux matériaux. Notre BIM dédié au génie civil a permis une bonne répartition du travail avec les différents ingénieurs déployés en collaboration sur les composants, le squelette et la structure en acier. Il nous a permis de faire face aux fréquentes modifications conceptuelles avec plus de facilité, alors qu’elles prenaient souvent plus de temps que la conception elle-même auparavant. Autre exemple, le projet de Yanggao South Road Tunnel à Shanghai, impliquant de nombreux ponts et tunnels. Notre BIM a permis une conception précise et plus facile à visualiser.

Quelle est votre évaluation globale de la solution BIM pour le génie civil mise au point par votre partenaire ?

J.W. : Nous avons largement tiré avantage de cette plateforme. Notre partenaire est depuis longtemps numéro un dans le domaine de la production industrielle, et selon nous, « l’industrie d’aujourd’hui est le génie civil de demain ». De plus, la plateforme nous a fait gagner un temps précieux. Outre le fait de faciliter le travail de conception, le BIM accélère et facilite la communication, ce qui se traduit par des économies substantielles. Notre plateforme BIM a été spécialement conçue pour résoudre les difficultés du génie civil. Cette plateforme est à la fois mature et innovante. ◆

de JWDK Retour en haut
de JWDK