COMPASS MAGAZINE #14
COMPASS MAGAZINE #14

ARCHITECTURE, INGÉNIERIE & CONSTRUCTION LA PRODUCTIVITÉ DU PRÉFABRIQUÉ

Des tours d’habitations new-yorkaises aux hôtels européens bon marché, l’utilisation d’objets et de systèmes préfabriqués et modulaires continue de susciter l’intérêt  des propriétaires, des architectes, des entrepreneurs, des constructeurs et des fabricants du secteur de la construction.

Dans le monde entier, les défenseurs du préfabriqué cherchent des moyens d’utiliser des techniques de construction hors site, autres que les systèmes reproductibles  comme les modules de salle de bains ou les supports de conduites mécaniques, afin de mettre en oeuvre des solutions plus volumétriques semi-personnalisées.

« Dans certaines parties du monde, comme le Japon et le Royaume-Uni, le prix des terrains et le coût de la main-d’oeuvre ont poussé les propriétaires et les  responsables de projets à adopter des méthodes de construction hors site », explique Ryan Smith, professeur agrégé et directeur du College of Architecture +  Planning à l’Université de l’Utah (USA), et président du National Institute of Building Sciences Off-Site Construction Council. « L’amortissement du terrain étant  prohibitif dans ces pays, les propriétaires préconisent des méthodes permettant d’accélérer les délais de construction, tout comme la main d’oeuvre plus chère exige une diminution des délais d’exécution des travaux. »

Il ajoute que l’intérêt croissant pour les méthodes de construction hors site et leur utilisation plus fréquente ces dernières années sont surtout imputables à deux  défis : le besoin de productivité du secteur et pallier la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée dans certaines parties du monde.

LE CHOIX NORD-AMÉRICAIN

Les craintes suscitées par la pénurie de main-d’oeuvre sont l’une des principales raisons justifiant l’intérêt croissant pour la construction hors site en Amérique du  Nord. Dans son étude intitulée « 2014 US Markets Construction Overview », la banque d’investissement FMI, cabinet de recherche et de conseil en gestion pour  l’ingénierie et la construction, affirme que la préfabrication et la modularisation joueront un rôle vital croissant dans la chaîne de valeur de la construction  américaine, car les artisans qualifiés ne parviennent pas à répondre à la demande émergente et de nombreux entrepreneurs internationaux se tournent vers leurs homologues européens et asiatiques pour trouver des solutions.

« L’expérience nous montre que la préfabrication et la modularisation s’expliquent par notre besoin d’accroître notre compétitivité et de soumettre des projets à  moindre coût dans les délais prévus », observe Don Goodrich, directeur des services de pré-construction chez Sundt, entreprise de construction basée à Phoenix,  Arizona (USA). « Les sous-traitants en mécanique, électricité et plomberie (MEP) ont été les premiers à proposer des solutions efficaces. Si bien que ces métiers  rencontrent une pénurie de main-d’oeuvre considérable. L’utilisation croissante de la modélisation des données du bâtiment (Building Information Modeling ou BIM)  permet également d’amener la préfabrication  au centre du débat. » Lorsqu’on lui demande comment son entreprise définit sa stratégie en matière de préfabrication, D. Goodrich répond que cela dépend des projets. Ainsi, Sundt a transposé l’approche modulaire d’un projet de prison privée à la construction d’une prison d’État beaucoup plus vaste.

DES OPPORTUNITÉS MONDIALES

Balfour Beatty, entreprise internationale basée au Royaume-Uni qui propose des services relatifs au cycle de vie des infrastructures, mise elle aussi sur des  méthodes de préfabrication et de modularisation pour construire ses structures. Par exemple, certaines phases du Queen Elizabeth Hospital à Birmingham,  Angleterre, ont pu être achevées un an plus tôt. De même, basé en Belgique, Inter IKEA Group, société mère de la marque de meubles IKEA, s’est associée à  Marriott International, groupe hôtelier basé aux États-Unis, pour créer des hôtels préfabriqués à bas prix en Europe.

Le conseiller principal du cabinet FMI, Ethan Cowles, s’attend à une croissance rapide de l’utilisation de la préfabrication et de la modularisation dans les secteurs de la santé, du logement et de l’éducation, à l’instar du marché de la restauration rapide. Ryan Smith du Off-Site Construction Council est du même avis. « C’est surtout chez les propriétaires de petites structures que l’on voit des constructions préfabriquées volumétriques complètes », explique-t-il. « Les propriétaires de  franchises de restauration rapide, de centres de services automobiles, de garderies, de centres de données, d’hôpitaux, de structures multifamiliales et autres structures de hauteur moyenne, ainsi que ceux dont les exigences structurelles sont reproductibles, font de plus en plus appel aux procédés de  conception réalisation et de construction intégrée. Ils ne dépendent plus autant des appels d’offres ouverts. »

E. Cowles et R. Smith soulignent l’intérêt et la demande croissante pour la préfabrication et la modularisation polyvalente. « La réussite d’un scénario  multidisciplinaire dépendra de l’intérêt qu’y verront les propriétaires et du regroupement contractuel d’entrepreneurs qualifiés afin de maximiser les profits », affirme E. Cowles.

REPENSER LES PRATIQUES CONVENTIONNELLES

Malgré l’avenir prometteur de la préfabrication et de la modularisation dans l’industrie de la construction, cette approche n’est pas sans défauts. E. Cowles et R.  Smith constatent que les méthodes hors site exigent une coordination et une prise de décision en amont pour optimiser leur valeur. Ils ajoutent que souvent, les  propriétaires, architectes et entrepreneurs se focalisent sur d’anciens procédés. Or, la construction hors site implique de les repenser. Pour R. Smith, « la  technologie et la méthodologie pour la construction hors site ne sont pas incompréhensibles. Il s’agit d’un procédé peu complexe qui pose peu de problèmes  techniques et de propriété intellectuelle en comparaison à d’autres industries. Le défi vient des connaissances tacites liées au contexte social, politique, économique et réglementaire de la construction hors site ». Il ajoute que l’adoption de la préfabrication et de la modularisation présente un intérêt pour le cycle de  construction, mais que « ce n’est pas une solution universelle. Il ne s’agit pas d’appliquer ces méthodes sur tous les projets, mais de les utiliser comme des  composants d’un projet afin de réduire la maind’oeuvre, améliorer la productivité et diminuer les délais de construction. En bref, pour ajouter de la valeur ». ◆

by Vicki Speed Back to top
by Vicki Speed

En savoir plus sur la préfabrication :
www.youtube.com