COMPASS MAGAZINE #14
COMPASS MAGAZINE #14

AÉRONAUTIQUE & DÉFENSE TRANSFERT DE RESPONSABILITÉS : Les constructeurs assignent un lourd fardeau aux fournisseurs aéronautiques.

Les grands constructeurs aéronautiques exigent des petits fournisseurs qu’ils partagent une plus grande part des risques commerciaux et des investissements financiers liés aux programmes de développement et de production – le tout dans un environnement qui requiert les plus hauts niveaux de qualité et de fiabilité, un respect rigoureux des délais de livraison et des réductions de coûts chaque année.

Les fournisseurs de l’industrie aéronautique sont confrontés à une période agitée. La vitesse et les compétences leur permettant de s’adapter à ce tumulte seront donc déterminantes pour leur avenir.

Mondialisation, concurrents émergents, pression sur les prix, taux de production sans précédent, ralentissement prolongé des dépenses de défense au sein des marchés matures et restructuration des relations entre les constructeurs (OEM) et les fournisseurs sont autant d’éléments qui distingueront les leaders des autres entreprises.

Tous les secteurs des biens d’équipement comptent sur un réseau mondial de fournisseurs de pièces détachées. Selon Bob Stevens, PDG de Lockheed Martin, le contenu créé aujourd’hui par les fournisseurs représente 50%-60% de la valeur d’un système aéronautique et devrait continuer à progresser. Des pressions constantes sur les prix exercées par les clients finaux, couplées à leur demande de produits plus abordables, mènent les grandes entreprises au sommet de la chaîne d’approvisionnement. Cela permet à ces dernières de transférer encore plus de responsabilités en matière d’innovation et de gains de productivité aux plus petits constructeurs de composants et sous-systèmes de second rang. Dans la pluparts des régions, ces marchés sont en recul en raison des contraintes de ressources.

SÉPARER GAGNANTS ET PERDANTS

Pour survivre, sans même parler de prospérer, les experts affirment que les fournisseurs devront améliorer radicalement la gestion des coûts opérationnels, se montrer plus innovants et établir des liens plus étroits avec leurs clients OEM. « Les entreprises qui simplifient les processus, mettent en place des principes de fabrication allégés et réorganisent l’infrastructure sont les plus susceptibles de réussir », déclare Scott Thompson, qui dirige le cabinet de conseil en aéronautique de PricewaterhouseCoopers.

Outre le transfert d’une plus grande responsabilité aux fournisseurs, certains OEM sont en quête d’intégration verticale afin d’exercer un contrôle accru sur la qualité des pièces essentielles et d’acquérir une expertise stratégique et technologique. En 2012, General Electric (GE) a par exemple acheté l’italien Avio S.p.A, un important fournisseur de turbines basse pression et de boîtes de vitesse, et Morris Technologies, entreprise basée aux États-Unis et spécialisée dans la fabrication de précision. Ces deux acquisitions ont considérablement augmenté les capacités de fabrication de GE. 

L’IMPÉRATIF DE LA VITESSE

Parmi toutes les forces du marché génératrices de changement, on relève notamment la nécessité pour les OEM et leurs fournisseurs de proposer des produits plus abordables et de les livrer plus rapidement aux clients de l’aéronautique.

Kent Statler, directeur général adjoint et directeur des opérations de la branche Commercial Systems chez Rockwell Collins, fournisseur spécialisé dans l’avionique et les systèmes de technologies de l’information, estime que pour améliorer les cycles d’exécution, il est essentiel que les OEM impliquent les fournisseurs en amont dans le processus de conception du produit.

« PLUS FORTE SERA LA RELATION ENTRE LES FOURNISSEURS
ET LES OEM, PLUS LA CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT POURRA CRÉER UN EXPÉRIENCE OPTIMALE. »

MICHAEL YATES PRÉSIDENT, TACTAIR FLUID CONTROLS

« Les pressions accrues sur les coûts et la complexité logarithmique croissante des véhicules aériens nécessitent un partage des risques plus étroit entre les intégrateurs de systèmes et leurs fournisseurs pour répondre aux exigences des clients », ajoute K. Statler. « De leur côté, les fournisseurs se doivent de participer à la phase de conception et de faire connaître leurs idées. »

Michael Yates, président de Tactair Fluid Controls, fabricant américain de systèmes de commandes hydrauliques et pneumatiques pour le secteur aéronautique, indique que la tendance exige une relation plus étroite entre les OEM et leurs fournisseurs. « Les fournisseurs de second rang doivent être conscients de leurs responsabilités et cela n’est possible que lorsqu’il y a une communication franche », affirme-t-il. Plus forte sera la relation entre les fournisseurs de second rang et les OEM, plus la chaîne d’approvisionnement pourra créer une expérience client optimale. ◆

de Tony Velocci Retour en haut