Le bien-être au naturel

Geneviève Berger, Firmenich

Rebecca Gibson
1 December 2020

4 minutes

Les fragrances et les arômes sont souvent ignorés, alors qu'il est possible de les mesurer, de les développer, de les concevoir et de les optimiser. Firmenich, la plus grande entreprise privée de fragrances et d'arômes au monde, optimise l'expérience des odeurs et des saveurs, pour améliorer la santé et le bien-être des consommateurs. Compass revient sur son échange avec Geneviève Berger, directrice de la recherche chez Firmenich, qui nous partage les différentes techniques scientifiques de l'entreprise.

COMPASS : Parlez-nous de votre rôle chez Firmenich.

Geneviève Berger : Ma mission est de développer l'excellence scientifique de Firmenich . Ayant à cœur d'améliorer la qualité de vie de tout un chacun grâce à la science, je souhaite mettre chaque jour nos compétences au service des 4 milliards de consommateurs que nous accompagnons, avec des produits et des solutions qui contribuent à leur bien-être.

La maîtrise que nous avons de l'ensemble du spectre scientifique de l'odorat et du goût est exceptionnelle. Elle s'étend des matières premières à la perception humaine. La chimie est au fondement même de notre travail, mais la science des matériaux, la biotechnologie et la biologie cellulaire tiennent une place de plus en plus prépondérante. Nous n'avons de cesse de booster l'innovation, c'est pourquoi nous avons donc adopté une approche pluridisciplinaire. Je suis convaincue que l'innovation prend sa source dans la pluridisciplinarité, c'est toujours là que la magie opère !

Selon vous, pourquoi la réussite des produits de grande consommation repose sur leur capacité à améliorer la qualité de vie des consommateurs ?

GB : En matière de santé, il existe deux façons d'améliorer la qualité de vie des consommateurs : la prévention ou le traitement et la guérison. Je pense que nous devons jouer un rôle de premier plan dans la prévention, qui a un impact non négligeable sur la santé publique. C'est pour cela que nous offrons aux consommateurs des produits du quotidien qui contribuent à leur bien-être.

Il y a plus de dix ans, nous avons commencé à investir dans des technologies permettant d'améliorer le goût des boissons et aliments plus sains. Par exemple, l'une de nos dernières solutions en date permet d'éliminer jusqu'à 100 % du sucre ajouté, sans sacrifier le goût. Rien que l'année dernière, nous avons retiré 1 000 milliards de calories des produits favoris des consommateurs.

Comment la participation de Firmenich au challenge « Reinvent the Toilet » (Réinventer les toilettes) a-t-elle contribué au bien-être ?

GB : Nous avons réalisé une véritable avancée dans le contrôle des mauvaises odeurs, grâce à notre compréhension des récepteurs olfactifs. Au lieu de couvrir les mauvaises odeurs avec du parfum, notre technologie les neutralise en inhibant la stimulation des récepteurs olfactifs.

On estime à 4,5 milliards le nombre de personnes dans le monde qui n'ont pas accès à des services d'assainissement fiables. Les effets sur la santé publique sont dévastateurs. Lorsque nous nous sommes rendu compte que l'odeur était l'un des plus grands obstacles à l'utilisation des toilettes, nous avons décidé de participer à la recherche d'une solution et avons collaboré avec la Fondation Bill & Melinda Gates pour réinventer l'expérience des toilettes, pour une hygiène et un assainissement de meilleure qualité. Aujourd'hui, notre technologie est intégrée à des produits de nettoyage abordables et durables, pour les consommateurs à faible revenu au Bangladesh, en Inde et en Afrique du Sud. Nous fournissons à cette nouvelle économie des toilettes des solutions clés, en adoptant une approche centrée sur l'humain. Nous savons à quel point une émotion et une expérience positives peuvent réellement changer un comportement.

Firmenich déploie de nombreux efforts pour soutenir les agriculteurs. Pouvez-vous nous en dire plus ?

GB : Les petits agriculteurs font partie des communautés les plus vulnérables au sein de notre chaîne de valeur. Ils produisent nos ingrédients naturels, comme la vanille de Madagascar, le patchouli d'Indonésie ou le vétiver d'Haïti. Aux côtés d'ONG et de partenaires gouvernementaux, nous travaillons activement avec eux pour les soutenir et leur apporter un moyen de subsistance durable.

Nous versons notamment une prime à ces communautés pour qu'elles puissent investir dans les projets qu'elles estimeront les plus profitables aux habitants. Nous avons construit une école en Haïti, ainsi qu'un dispensaire et des puits pour l'accès à l'eau à Madagascar. Nous impliquons également nos clients dans cet effort. C'est avec leur soutien que nous avons inauguré une garderie pour les familles des cultivateurs de patchouli en Indonésie.

Je suis convaincue que l'innovation prend sa source dans la pluridisciplinarité, c'est toujours là que la magie opère !

Fondée sur l'approvisionnement en ingrédients naturels, notre démarche a un impact positif sur la vie de plus de 250 000 familles d'agriculteurs issues du monde entier. Pour augmenter notre impact dans ce domaine, nous avons investi dans deux Fonds Livelihoods pour l'Agriculture Familiale, avec d'autres entreprises visionnaires partageant les mêmes valeurs.

Vous repoussez les limites de la science pour améliorer la vie des gens. Quelle est votre plus grande réussite dans ce domaine à ce jour ?

GB : Firmenich joue un rôle majeur dans la promotion du véganisme et du flexitarisme, deux régimes alimentaires bons pour la santé et la planète. Grâce à notre expertise sensorielle, nous pouvons donner un aspect, une saveur et une odeur agréables à des aliments sains, nutritifs et respectueux de l'environnement. Aujourd'hui, Firmenich est le seul fabricant d'arômes à proposer des solutions intégrées permettant d'améliorer un aliment et d'optimiser l'expérience globale, de la saveur à la texture. Nos solutions sont idéales pour éviter les problématiques généralement associées aux protéines végétales (arrière-goût, amertume ou encore sécheresse). Il est désormais possible d'égaler le succès du gras et des protéines animales avec des aliments alternatifs végétariens ou à base de fruits de mer.

Selon vous, en quoi la science va-t-elle transformer le secteur des fragrances et des saveurs à l'avenir ?

GB : La digitalisation représente un véritable défi, le prochain que nous allons relever. Quel que soit le secteur, la digitalisation permet de révolutionner les modèles d'entreprise et de générer de nouvelles opportunités intéressantes. Grâce à la puissance de l'intelligence artificielle, elle booste entre autres les processus et offre aux clients une expérience plus personnalisée.

En partenariat avec l'EPFL, une institution technologique de premier plan et l'un de nos partenaires universitaires les plus proches, nous avons inauguré l'année dernière notre laboratoire digital (D-Lab). L'objectif était de nous placer à l'avant-garde de l'intelligence artificielle afin d'augmenter nos capacités de création et de relever le prochain défi technologique de notre secteur.

Créer des fragrances et des arômes est à la fois un art et une science. Contrairement à l'intelligence artificielle, nos parfumeurs et aromaticiens ont toujours l'avantage des émotions et de la créativité. Ils apportent cette touche humaine unique que tous nos clients recherchent. Complémentaire, la technologie permet de renforcer leur expertise, en les aidant à fournir des expériences sensorielles sur mesure, plus rapidement qu'auparavant. ◆

Autres resources

S'abonner

Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter mensuelle