Réflexion en amont :

Des processus axés sur le client permettent d’optimiser les résultats de la conception en impliquant toutes les disciplines

William J. Holstein
1 February 2019

6 minutes

Traditionnellement, les entreprises ayant une idée de produit l’ont conçu et fabriqué, puis ont organisé des groupes de discussion de consommateurs cibles pour recueillir leurs commentaires. Or, une fois la conception et l’ingénierie figées, il est souvent trop onéreux d’apporter des modifications. La « réflexion en amont » implique les clients dès le début, créant ainsi des concepts radicalement inventifs et disruptifs.

Imaginez la conception d’une automobile sans idée préconçue. Fabriqueriez-vous un véhicule qui est utilisé seulement 9 % du temps, puis est laissé à l’abandon pendant des heures ou des jours entiers ?

L’équipe qui travaille sur un nouveau concept de voiture familiale pour Renault s’est posé cette question. Symbioz vous emmène là où il vous faut aller, mais grâce à sa conception tout électrique, on peut la garer dans le salon comme un espace séparé pour la lecture ou le visionnage de films, ou sur le toit d’une maison comme pièce sans moustiques pour socialiser ou regarder le ciel nocturne à travers un vaste panneau de verre.

« Nous avons eu l’idée que, dans le futur, la voiture deviendrait partie intégrante de votre écosystème, conçue non pas isolément, mais comme une partie de votre vie », explique Laurens van den Acker, vice-président senior Corporate Design de Renault. « Elle est électrique, donc elle peut entrer chez vous parce qu’elle ne dégage ni fumée, ni fuite d’huile. On peut la conduire ou elle peut être autonome, et peut donc se garer sur un toit. Elle peut partager l’énergie, et combler les besoins en électricité de votre maison, ou être chargée par la maison. Nous l’avons donc nommée Symbioz, association réciproquement profitable entre deux organismes vivants. »

REPENSER LA CONCEPTION

Renault appelle le processus qui a abouti à Symbioz « Passion for life », conformément aux valeurs de marque du constructeur. En dehors de Renault, le processus est connu sous le nom de « réflexion en amont » et comporte trois étapes inconnues de la conception traditionnelle. La réflexion en amont :

• commence avec une équipe interfonctionnelle qui n’est pas seulement constituée de concepteurs ou d’ingénieurs. En impliquant toutes les fonctions de l’entreprise, il devient plus facile de rompre avec les conventions de l’industrie tout en bénéficiant de connaissances spécialisées traditionnellement inexploitées jusqu’à ce que ce soit trop tard dans le processus de développement.

• implique les clients cibles avant que ne débute la conception détaillée. Dans la plupart des projets de conception, un prototype est testé sur des groupes de discussion seulement après des mois ou des années de développement, qui ont figé la conception et l’ingénierie.

• intègre les enseignements tirés de sa recherche dans une conception que les clients potentiels peuvent expérimenter sur un ordinateur ou dans la réalité virtuelle, ce qui leur permet de donner un avis plus éclairé avant le début de la conception détaillée.

Les plus importants aspects de la « réflexion en amont » sont la focalisation méticuleuse sur les besoins et désirs du client et sur la rupture des paradigmes de conception en impliquant des personnes sans idée préconçue sur la façon dont s’opère la conception ou sur ce que le résultat devrait être. « Il est inhabituel pour une équipe de conception d’automobile de se mêler d’architecture. Mais avec Symbioz, nous avons également conçu la maison, en collaboration avec Marchi Architects », précise Laurens van den Acker. « Nous avons travaillé avec Philips Lighting pour l’éclairage de la maison. Ainsi, lorsque la voiture arrive, elle peut commencer à communiquer avec la maison ou la maison peut commencer à signaler ses intentions. Selon moi, cela montre qu’à l’avenir, nous [les designers] ne serons plus isolés, mais que nous allons nous engager dans beaucoup plus de collaborations avec des acteurs qui pensent différemment de nous. » Patrick Lecharpy, directeur de Design Synergies Alliance pour le Laboratoire Collaboratif d’Innovation de Renault, ajoute : « C’est le processus qui nous permet d’imaginer ce à quoi les gens rêveront d’ici quelques années, mais qu’ils ne peuvent pas encore imaginer aujourd’hui. »

CONCEPTION AXÉE SUR LE CLIENT

Michel Serafin, ingénieur électricien dans l’industrie aérospatiale, aurait aimé avoir entendu parler de la « réflexion en amont » lorsqu’il a fondé Newron Motors avec Sébastien Mahut, ingénieur en électronique et expert en propulsion électrique. Leur objectif : inventer une motocyclette haute performance, tout électrique capable d’atteindre les 220 km/h de vitesse de pointe et les 100 km/h en moins de trois secondes.

« Nous sommes des passionnés de moto, mais notre profession n’est pas de créer des motos, et nous savions que nous ne pourrions pas réaliser la partie mécanique », explique Michel Serafin. « Nous avons donc fait appel à un expert en génie mécanique, lui avons confié les spécifications et lui avons demandé de les réaliser. » Le résultat, ajoute-t-il, fut une machine trop carrée et trop lourde pour réussir sur un marché dominé par des designs élégants et épurés. Newron a donc engagé un designer, qui a produit une belle esquisse — sans donner aucune idée sur la manière de la réaliser.

Après l’échec du processus de conception traditionnel, les fondateurs de Newron ont finalement reçu le concept de moto dont ils avaient rêvé grâce à la « réflexion en amont », dans laquelle toutes les disciplines collaborent sur un concept avec la participation des clients. (Image © Newron)

Lorsque leur projet a été choisi pour participer à un programme d’accélérateur, ils ont découvert la « réflexion en amont » et ont pu accéder à une plate-forme digitale optimisée pour la création d’expériences clients superbes.

« Même les membres de l’équipe qui ne sont pas techniciens se sont impliqués dans la conception », souligne Michel Serafin. « Dès le moment où nous avons rejoint la plate-forme, c’est toute une armée de personnes qui s’est connectée et a commencé à travailler avec nous. Ils nous ont appris à concevoir un produit, mais aussi à imaginer des scénarios d’utilisation et à concevoir une expérience. Ils nous ont fait nous concentrer sur le client, de bout en bout. » En règle générale, explique Michel Serafin, un constructeur de motos teste l’ergonomie de sa conception en construisant un prototype en bois et en demandant à des gens de l’enfourcher. « Au bout de cinq jours, vous pouvez conduire virtuellement une moto complète. Vous pouvez tester toutes les options, toutes les possibilités. »

RÉUSSIR LA CONCEPTION DU PREMIER COUP

Toutefois, les avantages de la « réflexion en amont » ne se limitent pas aux concept-cars et aux start-ups.

« Il s’agit d’être à l’avant-garde », déclare Dave Marek, directeur créatif monde pour les automobiles Acura, basé à Los Angeles. Partant de ce principe, Dave Marek a élargi ses recherches, en collaboration avec des chercheurs de l’Ohio State University et de l’Université de Stanford en Californie, entre autres institutions. La recherche comprend des entretiens avec les étudiants sur ce que les jeunes conducteurs attendent en matière de qualité d’assemblage et de finition d’une voiture.

(Image © Renault)

Cet engagement dans la « réflexion en amont » avec de futurs clients a aidé Dave Marek à persuader les dirigeants d’Acura d’équiper le crossover RDX 2019 d’un tout nouveau système d’infodivertissement. Le système, appelé True Touchpad Interface, comprend un affichage central HD de 26 cm positionné dans la ligne de vision du conducteur, et un pavé tactile intuitif 1:1 placé à quelques centimètres de la main du conducteur.

« Tous ceux qui se sont installés dans le véhicule ont compris tout de suite comment l’utiliser », raconte Dave Marek. « Ils ont tout de suite été enthousiastes. Cela s’explique par le fait que nous avons fait entrer des gens pour l’essayer encore et encore », jusqu’à ce que la conception soit entièrement intuitive dès le premier essai.

Les outils de collaboration digitale sur une plate-forme commune améliorent non seulement la compréhension qu’Acura a des clients, mais également la compréhension entre les différentes disciplines chez Honda R&D Americas.

Par exemple, pour résoudre un problème avec le département d’ingénierie avant que l’entreprise ne dispose d’une plate-forme collaborative, Dave Marek devait se déplacer sur le site ou passer un appel téléphonique.

« Une partie du problème avec l’appel, c’est qu’on ne pouvait pas voir de quoi on parlait. Cela a entraîné des retards. Aujourd’hui, avec les outils de collaboration [pour la visualisation des modèles virtuels], vous pouvez le faire en temps réel à tout moment, étant donné que la qualité de cette interaction ne cesse de s’améliorer. Les méthodes collaboratives ont tout changé. »

En itérant tôt et souvent, en impliquant toutes les disciplines dès le début et en restant fermement concentrées sur les besoins et les désirs du client cible, ces entreprises réalisent des conceptions qui sont bonnes du premier coup. Résultat : un développement plus rapide à moindre coût et des clients plus satisfaits. Qui ne souhaiterait pas cela ?

Pour en savoir plus sur la réflexion en amont, consultez : http://go.3ds.com/TeY

Autres resources

S'abonner

Register here to receive a monthly update on our newest content.